lundi 14 mai 2018

Packard « Twin Six » Cabriolet Boattail



En mai 1917, alors que l’Amérique s’investit dans la Guerre mondiale, l’ingénieur Jesse Vincent de Packard et E.J. Hall de la Hall-Scott Motor sont conviés à inventer un moteur pour l’aviation américaine. 

©François Chevalier 2018

Cinq jours après, ils rendent leur copie ; le ‘Liberty’ est un V12 de 21 litres, construit à 20 000 exemplaires pour les avions et quelques chars. Jesse Vincent adapte ce principe sur la nouvelle Packard, première voiture au monde équipée d’un V12 de 7 litres de cylindrée de 88 CV, appelée « Twin-Six » livrable en 1917 en deux versions, 2-25 et 2-35. Les empattements proposés, 3,15 et 3,45 mètres et le diamètre des pneus, 90 centimètres, donnent une idée de l’échelle du véhicule, bien loin des dimensions de nos voitures européennes. 

Dans la version courte, vendue entre 2 865 et 4 315 dollars à l’époque, les carrosseries varient entre deux et sept places et dans les deux versions, pas moins de 22 combinaisons, entre les runabouts, les phaétons, les limousines et les landaulets. Le modèle présenté ici, un Cabriolet Boattail, a reçu une carrosserie spéciale avec un arrière en cul-de-poule, inspiré par les canots. 
Cabriolet Boattail...

La mode de cet arrière, bien développée dans les années 1920, touche aussi bien l’Amérique que l’Europe, le Français Labourdette transforme des voitures Renault ou Rolls-Royce, et en Allemagne, Benz propose une carrosserie en bois avec ce type de dessin. La Packard est actuellement en France, chez Auto Folies. 

Bien évidemment, la voiture vient des États-Unis, elle appartenait à un célèbre collectionneur du New Jersey, Herth Singe. Sa collection comporte surtout des autos d’avant la Première Guerre mondiale, mais il a également une collection unique de scooters antiques, et accessoirement, une remarquable série de jukebox introuvables…


Packard ‘Twin Six ‘Cabriolet Boattail

Constructeur : Packard, Detroit.
Lancement : 1917

Nombre de véhicules produits : 4 950
Empattement : 3,15 m
Moteur : V 12 — V à 60°
Cylindrée : 6949 cm3
Puissance : 88 CV
Boite de vitesse : 3 
Voltage : 6 V

Miss America X

En 1916 l’Américain Garfield Arthur Wood (1880-1971), « Gar Wood » fait l’acquisition de deux moteurs d’avion V12 Curtiss, il les allège et augmente leur puissance à 400 CV pour équiper la fameux Miss Detroit III. Il est le premier à poser un moteur d’avion sur un bateau à moteur de course. 

Sur son Miss America X, le 20 septembre 1932, avec quatre moteurs Packard V12 développant 1600 CV chacun, il est le premier à dépasser les 200 km/h sur l’eau. Les moteurs Packard proviennent des précédents Miss America, gonflés et sont couplés deux à deux. Le mélange d’essence spéciale comprend un tiers d’alcool, et moteurs à fond, la consommation avoisine les 2350 litres aux 100 kilomètres…

UN SKIFF NOMME ROLLS-ROYCE !



1914, en cette année de début de guerre mondiale, peu de yachts ont été mis à l’eau, mais il semble qu’en Angleterre, le marché de la voiture de luxe n’a pas trop souffert. 

©François Chevalier 2018


Rolls-Royce vient de montrer que son modèle Silver Ghost peut rouler quarante jours d’affilée sans le moindre pépin, à une vitesse défiant toute concurrence. Les carrossiers d’Europe se délectent sur ce modèle prestigieux.

Le châssis numéro 54PB, produit en avril 1914, est expédié en Belgique, au Garage Majestic de Bruxelles pour être livré à son destinataire, M. H. Herman. Cédée à M. A. Lancer, la carrosserie est confiée à la firme allemande Schebera située à Berlin. Il semble que cette Rolls n’ait pas roulé avant la fin de la guerre, et ne soit sortie des ateliers germaniques qu’en 1919. 
L’arrière du véhicule en forme de bateau est traité comme une coque, le bordé réalisé en acajou et le pont en merisier. La corne est prolongée par un Boa Constrictor sur le côté bâbord, peut-on dire, et le réservoir, placé sous la poupe, est équipé d’un compteur Elliot Brothers, avec un speedomètre.

La voiture ne trouve preneur qu’en 1925, auprès d’un négociant en automobile de luxe du Caire, Mess. A. Souraty and Cie. L’année suivante, elle est acquise par un Égyptien, M. Achmed Naguib Bev, qui la garde vingt ans. En 1956, la Rolls-Royce revient en Angleterre où elle est restaurée. Puis trente ans plus tard, elle rejoint la collection du Californien, Bob Barrymore, particulièrement riche en Bentley et Rolls. Après une réfection en 2004, le modèle 54 PB «Schebera Rolls-Royce Silver Ghost Boat-Tail Skiff» est mis en vente par RM Auctions en janvier 2009, estimé entre 1,5 à 2 millions de dollars.



Cinq carrosseries du type Skiff ont été adaptées sur des Rolls Sylver Ghost, dont une par le carrossier français Henri Labourdette qui est un pionnier en la matière, avec une Panhard & Levasseur en 1913.

Caractéristiques 

«Schebera Rolls-Royce Silver Ghost Boat-Tail Skiff»

N° de châssis : 54PB
Année de sortie : 1914
Poids : 1525 kg
Vitesse : 100 km/h
Moteur : 6 cyl. 
Cylindrée : 7036 cc
Puissance : 50 CV à 1250 t/min